Retour

2018 : De bonnes nouvelles fiscales pour le GNV

08 janvier 2018

Le samedi 30 décembre 2017, le Président Macron a officiellement signé la loi de finances pour l’année 2018. Ce premier budget du nouveau quinquennat comporte deux mesures favorables à l’utilisation du Gaz Naturel pour Véhicules (GNV), qui devraient profiter au développement de ces carburants alternatifs.

La loi gèle ainsi jusqu’en 2022 le taux de la TICPE du GNV au taux de 2017, alors que la taxe sur le diesel augmentera de 10% en 2018 (+ 7,6 centimes par litre) et que celle frappant l’essence s’alourdira de 3,9 centimes par litre.

De plus, la loi reconduit jusqu’à fin 2019 le dispositif de suramortissement à 140% pour les achats de véhicules GNV supérieurs ou égaux à 3,5 tonnes, ce qui facilitera leur acquisition par les professionnels du transport routier qui s’engagent dans la transition énergétique.

Pour l’AFGNV, l’association qui fédère les acteurs publics, économiques et industriels français pour accompagner le développement de l’usage carburant du gaz naturel et du biogaz en France « Les pouvoirs publics envoient un message très explicite aux professionnels du transport de marchandises et du transport de voyageurs pour investir dans des véhicules gaz. Comme 1er marché européen des véhicules industriels au gaz, la France possède tous les atouts pour construire sereinement une filière industrielle à hautes performances économiques et environnementales au service des transporteurs et des territoires. »

Pour PitPoint, ces mesures fiscales vont incontestablement dans le bon sens en donnant aux professionnels une visibilité pluriannuelle. Selon les chiffres de l’Observatoire du véhicule Industriel, en 2017, 700 nouveaux poids lourds fonctionnant au gaz ont été vendus portant le parc GNV en circulation en France à 1.400 exemplaires. Depuis trois ans, le nombre d’immatriculation des véhicules GNV double chaque année.