Retour

Blog : Chère Europe, il est temps de s’intéresser sérieusement à la qualité de l’air !

Assainir l’air avec des carburants propres

02 mai 2018

Nous ne le voyons peut-être pas, mais l’air que nous respirons n’est pas aussi propre qu’il devrait l’être. C’est un fait : la pollution de l’air tue prématurément près d’un demi-million d’Européens chaque année. Lorsqu’il s’agit de qualité de l’air, la circulation est pointée du doigt, en particulier les véhicules à moteur diesel. Et pourtant, le diesel pourrait être facilement remplacé, étant donné qu’il existe déjà sur le marché de nombreux autres carburants bien meilleurs pour la qualité de notre air.

« Dernière chance » pour les États membres de l’UE et la qualité de l’air

Au cours de l’année écoulée, la mauvaise qualité de l’air a poussé la Commission européenne à réprimander un certain nombre d’États membres. La France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie ont tous reçu un « dernier avertissement », car ils ne respectaient pas les normes définies pour la qualité de l’air. Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, car selon la Commission, dix-huit autres États membres ne se conforment pas encore aux exigences.

Le 30 janvier, neuf États membres se sont rendus à Bruxelles pour une réunion avec le commissaire européen Karmenu Vella. Il leur a donné une semaine pour présenter un plan d’action destiné à améliorer la qualité de l’air. Selon M. Vella, la Commission a toujours déclaré qu’elle souhaitait « marquer le coup vis-à-vis des principaux enjeux, et qu’il n’y avait pas d’enjeu plus important que les pertes humaines causées par la pollution de l’air. »

PitPoint rejoint M. Vella sur ce point. Toutefois, en ma qualité de PDG de PitPoint et de défenseur de l’utilisation de carburants propres, j’aimerais aller encore plus loin : si les États membres avertis n’apportent aucun changement rapidement, alors la Commission devra se montrer stricte. Des vaines promesses ne suffisent pas à empêcher l’augmentation du nombre annuel de victimes de la pollution de l’air. Une action concrète est l’unique solution afin de réduire les émissions de substances nocives.

Assainir l’air avec des carburants propres

Nous saurons bientôt s’il faut en arriver là. Les plans soumis par les neuf États membres pour lutter contre la pollution de l’air et la réduire aux normes européennes sont en cours d’évaluation. S’ils ne sont pas suffisants, la prochaine étape sera d’intenter une action en justice. La Commission l’a confirmé le jour où l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Health and Environment Alliance (HEAL) ont exhorté l’Union européenne à prendre des mesures décisives pour lutter contre la pollution de l’air.

Elles affirment également qu’il reste de nombreux progrès à réaliser en matière d’amélioration de la qualité de l’air, et elles reconnaissent le rôle que les émissions nocives du transport et de la circulation jouent dans cette problématique. Dans un même temps, elles sont conscientes du fait que la sensibilisation parmi les États membres est de plus en plus présente. En effet, ils fournissent de plus grands efforts pour améliorer la qualité de l’air. Prenez, par exemple, les véhicules polluants à moteur diesel qui seront bientôt bannis de villes comme Rome, Düsseldorf et Stuttgart, dont je vous parlais dans mon précédent article de blog.

De bonnes actions sont également mises en place à Londres. La police locale a récemment annoncé qu’elle déploiera des voitures à hydrogène supplémentaires. Cette tendance s’observe à travers tout le Royaume-Uni. Je suis ravi de voir que les Britanniques s’intéressent tant à une mobilité propre.

De nombreux carburants propres, pas assez de véhicules propres

L’industrie automobile joue également un rôle majeur dans l’amélioration de la qualité de l’air en Europe. Une étude menée par la Plateforme pour l’électromobilité, qui regroupe des représentants de parties comme Tesla, Transport & Environment et Siemens, montre que le problème ne réside pas dans le manque de stations de chargement, mais plutôt dans celui de véhicules électriques.

Pour des raisons économiques, l’industrie automobile européenne a décidé de passer à des modèles plus propres à partir de 2019. Par conséquent, il y a un bénéfice considérable à réaliser. Chez PitPoint, nous mettons tout en œuvre pour nous assurer que des carburants plus propres comme le GNL, le GNC, le biométhane, l’hydrogène et l’électricité soient disponibles à grande échelle pour les véhicules existants et futurs. Actuellement, nous disposons déjà de la technologie nécessaire.

Mon message urgent adressé à toutes les parties prenantes de la chaîne de distribution de carburants est le suivant : travaillons main dans la main pour un air plus propre. Nous sommes convaincus qu’un transport 100 % propre est possible à partir de 2030. Cependant, le chemin vers un monde zéro émission doit commencer dès maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *